TOUR ET MAISONS DES ACEVEDOS

ZONE ARCHEOLOGIQUE DU COMPLEXE ANDALUSI

version inglesa English version
Versão Portuguesa version inglesa
   

Après la conquête de Badajoz en 1230 par Alfonso IX de León, l’alcazaba était le centre politique de la ville, avec les institutions religieuses, militaires et civiles de l’époque qui s’y trouvaient. Les guerres et les périodes d’abandon ont ruiné la plupart des vieux bâtiments à l’intérieur de la forteresse. La partie supérieure de la colline de La Muela était occupée par la médina musulmane, située dans le quartier noble de la ville (palais, mosquée, bains, etc). Mais cette zone a ensuite été rasée, occupée d’abord par l’Hôpital de Rey, puis par l’Hôpital militaire, qui abrite actuellement la Bibliothèque d’Estrémadure et la Faculté universitaire.

Les maisons attachées au mur, entre la porte d’Alpendiz et les vestiges de l’église de Calatrava, ont toujours attiré l’attention. Vers 1465, un noble de la ville, Hernán Gomez de Solís, duc de Feria, rassembla une série de propriétés situées à côté de l’Encomienda de Calatrava, érigeant une puissante maison forte qui incorporait les défenses de la porte d’Alpendiz et d’une partie du mur. L’une de ses entrées (dans un autre endroit), les salles souterraines et autres dépendances dispersées et jumelées sont préservées de cet élément palatial.

Sur cette ligne, vous pouvez voir les bâtiments extérieurs qui faisaient partie de ce manoir des Gomes de Solís. En dessous d’eux peuvent être observés, différentes images des souterrains de ces dépendances.

A l’étage, perspective de la tour des Acevedos, vers la tour de l’Épouvantail et plaza Alta, à l’image de gauche. Sur la droite, vous pouvez voir les tours albarranas qui donnent sur les places de Marín de Rodezno et San José. En arrière-plan, la ville moderne.

De la zone noble de la vieille ville andalouse de Bataylus, seuls les vestiges de la zone palatiale de la ville sont apparus. Ceux-ci ont été rasés avec les nouvelles constructions après la conquête de la ville, la construction de l’hôpital de Rey et plus tard de l’hôpital militaire au milieu du 19ème siècle. La modernisation des défenses de la ville, est à l’origine du remblai des terres dans ce même endroit, rasant et couvrant les anciens témoins de l’histoire.
 Antonio García Candelas      Suggestions et impressions

CITADELLE ARABE

BADAJOZ
ENTREE