MANUEL DE GODOY ET ÁLVAREZ DE FARIA

DUC D'ALCUDIA ET PRINCE DE LA PAIX 

Manuel de Godoy et Alvarez de Faria est né dans sa maison de l'actuelle rue la Sainte-Lucie de Badajoz, le 12 juin 1767 et est mort exilé à Paris en octobre 1851. Un fils d'un colonel de l'armée et rattaché familièrement aux Ordres Militaires de Santiago et de Calatrava, a reçu une éducation privilégiée cultivée(illustrée), propre des familles puissantes de l'époque.
En 1784, quand à peine il racontait 17 ans, un garde de Corps est nommé près de son frère Luis. La proximité, ses dots extraordinaires personnelles et ses relations à un niveau politique, ont permis à la famille royale de connaître et de jouir de la faveur des Princes des Asturies.

Pour les historiens l'interprétation reste de comment il(elle) a réussi à monter dans sa course(carrière) politique, spécialement après la mort de Charles III et le commencement du règne de son fils Charles IV.
Certain est qui à partir de ce moment, sa course(carrière) et influence se développent d'une forme vertigineuse : le Colonel de Cavalerie, le Commandeur de Santiago, le Maréchal de Champ, le Duc d'Alcudia, un Grand de l'Espagne et un Possesseur(Lieutenant) Général des armées, déjà le 1793.
ércitos,  ya el año 1793.

Quelques années d'avance, après le commencement de la Révolution Française, le gouvernement espagnol au moyen de son premier ministre Floridablanca, clôture la frontière, devant les menaces des nouvelles idées provenantes de la France. Avec la chute de Luis XVI, Floridablanca fait front à l'Assemblée Française, étant destitué par le roi, qui se voit obligé de reconnaître la légitimité de la nouvelle situation, au lieu de la neutralité espagnole. Peu après, le nouveau ministre, Aranda est destitué et Manuel de Godoy le substitue par Godoy quand il(elle) avait seulement 25 ans d'âge.
ntenta durante un tiempo mantener la neutralidad conseguida, a pesar de los acontecimientos que se sucedieron en el país vecino, hasta que la actitud de su amigo el rey, Carlos IV, provoca a sus espaldas, la ira de Francia que declara la guerra a España.

Godoy prend l'initiative et envahit le pays voisin, mais après des victoires initiales et rapides, son armée peu préparée sous la conduite du Général Ricardos, est battu près de Perpignan. La France, remise du harcèlement initial counterattaque et pénètre jusqu'à arriver à la vallée de l'Èbre. En juillet 1795, pour éviter de plus grands malheurs, il(elle) réussit à signer un armistice, la paix de la Bâle, dont le prix a été la perte en faveur de la France, de l'Île de Saint-Domingue.

Peu a signé après le Traité d'Ildefonso Sain, par lequel l'Espagne et la France se convertissent en alliés en face de la Grande-Bretagne, avec l'intention entre d'autres choses de pouvoir récupérer la place de Gibraltar. Après de nombreux affrontements avec les britanniques, qui ont produit des frais copieux pour les deux royaumes, la paix a été signée avec l'Angleterre, devant l'irritation de la République Française.

Selon quelques parents ou des protecteurs de Godoy, les rois de l'Espagne essaient de mettre une fin à la vie tortueuse sentimentale du ministre et proposent son mariage avec Thérèse de Borbón.. Le mariage est célébré, mais Godoy a continué ses amourettes, alors que Jovellanos et Saavedra intriguent jusqu'à obtenir que le roi le deponga, devant l'opposition de la propre Marie Luisa.


Devant l'ingérence continuelle de la France, dont Napoléon s'est mis à être protagoniste, les gouvernements inopérants se succèdent devant la pression croissante gauloise, recommencent à regarder Plusieurs vers la figure de Godoy, qui préfère laisser le pouvoir aux mains proches de Cevallos.

La France demande une autorisation pour envahir le Portugal, un allié traditionnel de la Grande-Bretagne, à travers de notre pays. Selon quelques Godoy il intrigue, en proposant la division du territoire luso et en se réservant pour une partie. Selon les autres telle intrigue n'a pas existé, mais une série de plans et de prétextes, qui étaient l'excuse permanente pour retarder l'invasion sans subir les conséquences d'une nouvelle guerre.


On déclare comme la Guerre de les Oranges contre le Portugal, après avoir nié dans ce pays à fermer ses portes à l'Armée de mer Anglaise, son territoire étant envahi et étant rapidement conquises de diverses populations du centre de la zone frontalière. Olivenza et sa limite(terme), après un lac le temps ils(elles) passent nouvellement à la souveraineté espagnole, alors que le Portugal étend en Amérique ses terres plus loin de ses possessions au Brésil. La paix est restituée dans peu de jours. C'était le traité de Badajoz, signé derrière le dos de la France, qui l'interprète comme une nouvelle opposition de l'Espagne à l'invasion convoitée.

Napoléon irrité continue d'intriguer, en faisant le commerce dont Charles IV en plus du pouvoir(puissance) à Godoy, en l'accusant de nourrir des relations de la reine Marie Luisa. Mais les nouveaux événements, provoqués par la Grande-Bretagne que l'on essaie de mettre à profit de ces difficiles relations, obligent à un nouvel affrontement avec l'Espagne, qui a perdu une flotte originaire de l'Amérique. C'était un nouveau prétexte intelligent, qui a provoqué le désastre de Trafalgar et la perte résultante du pouvoir maritime de l'Espagne.

Nouvellement les intrigues politiques essaient de séparer Godoy du roi, et cette fois ils naissent depuis un cercle proche de Ferdinand, le Prince des Asturies. Peut-être, réellement Godoy était le vrai empêchement pour la conquête française du Portugal. On insiste sur les aventures courtoises de Godoy et dans son désir d'être nommé après l'invasion, un monarque de l'Algarve portugais.


D'autres théories arrivent à dire que l'héritier se conjure avec Napoléon, contre le propre roi. Par cela, Charles IV essaie de couper d'une racine la conspiration et arrête son propre fils et une grande dépêche(partie) des impliqués. Le peuple devine la décomposition au sein de la famille royale, en assistant déconcerté aux événements.
La France met les luttes intestines à profit et avec la justification, d'atteindre le Portugal, il initie une invasion cachée du territoire espagnol en juin 1807, alors que de divers corps d'armée se situent dans des points stratégiques, alors qu'une dépêche(partie) se dirige au nord du Portugal.

En attendant Junot se lance vers l'ouest, Murat entoure Madrid tandis que l'héritier Ferdinand espère que c'est une manoeuvre pour forcer depuis son couronnement. Le 15 mars la Cour un chemin de l'Andalousie abandonne Madrid. Devant cette fuite, elle se propage, la nouvelle dont Godoy s'est mis aux mains de la France et surgit comme conséquence, l'émeute d'Aranjuez.

Godoy a à se cacher puisque est avidement cherché par les soulevés. Ceux-ci donnent avec lui, étant confiné dans le Quartier de Gardes de Corps et plus tard emprisonné. Le roi abdique chez son fils Ferdinand VII, bien que plus tard sembler être comme qu'il(elle) se rétracte. La famille royale se déplace à Bayonne alors qu'un père et un fils essaient d'obtenir les faveurs de Napoléon dans une lutte honteuse dont tous essaient de tirer un parti(match).

Murat libère Godoy et après avoir joué avec les vilenies réelles, décide de nommer son frère José comme roi de l'Espagne. Le 2 mai 1808 le peuple(village) de Madrid pris la tête par quelques militaires se lève contre l'occupation française et un enlèvement supposé de la famille royale. La Guerre de l'Indépendance s'initie ainsi.

Godoy et son une suite exilent la France, premièrement à Fontainebleau, plus tard à Marseille, et par la suite en 1812 à Rome. Finie la guerre, Ferdinand VII revient en Espagne et obtient nouvellement l'abdication de son père. Il demande au Papa de nourrir l'exil de Godoy et de sa famille. L'exil en Italie n'est pas obstacle pour que sa vie tendre continue avec un rythme trepidante. Ferdinand VII exerce ses influences, en faisant la double vie sentimentale de Godoy impossible.

Le roi n'a jamais permis le tour de Godoy à l'Espagne, en confisquant ses possessions et en supprimant les rémunérations qui lui arrivaient. En 1833 l'Isabelle II initie son règne et Godoy essaie sa réhabilitation et de récupérer ses propriétés. Pour cela, il envoie à un pépin Madrid en restant le reste de la famille à Paris.


Jusqu'à un mai 1847, ses droits à Godoy ne sont pas rendus, que quatre ans après il meurt dans l'exil sans réussir à retourner à sa patrie. Ses restes se reposent aujourd'hui dans Père-Lachaise, d'où ils(elles) reviennent possiblement l'Espagne, pour qu'ils se reposent certainement dans la terre qui l'a vu naître.

                      

 

 

LE ROMAN QUI DÉTRUIRA LA LÉGENDE NOIRE SUR GODOY 

 

 

                             http://www.latraiciondelrey.es/index.html

 

BADAJOZ. 150 l'Anniversaire. 

Des nouvelles.

En 2008 200 s'accomplissent un anniversaire de la Guerre de l'Indépendance. Un conflit qui a été assez plus, puisque beaucoup d'historiens la mentionnent comme Guerres Péninsulaires d'Indépendance.

L'histoire, ou mieux les historiens, non sont toujours justes ou équitables. Toute Espagne s'est levée contre les envahisseurs et toute la peau de taureau a été teinte des gestes héroïques. Ils ont emporté certains au cinéma et à la littérature et ont rempli les pages des traités. C'est le cas de Saragosse, de ses endroits et de ses héros.

Badajoz, une clef pour l'invasion du Portugal, a aussi rempli les pages de l'histoire, et bien que l'Espagne n'a pas reconnu ou a suffisamment rappelé ces faits, paradoxalement, en Angleterre, au Portugal et en France, oui qu'a été évalué (depuis chaque optique) les événements qui se sont succédés pendant ces difficiles années dans la ville et ses environs.

Le Conseil municipal de Badajoz, il a déclaré son intention juste et louable de se joindre aux évènements qui sont préparés pour cette année, en ajoutant son désir de lever un monument et un mausolée, où les restes de Manuel de Godoy se déposent et une sculpture se lève que perpetúe le souvenir de cet insigne personnage, né dans la capitale pacense. Dans celle-là(celle) du XVIIe dont la physionomie est reprise dans le chevet de cette page avec la figure du personnage et sa maison natale.

Mardi, le 15 janvier 2008.


La réunion plénière du Conseil municipal badajocense, il(elle) a approuvé la célébration du bicentenaire de la Guerre d'Ils(Elles) Undépendent et le rapatriement des restes de Manuel Godoy, pour les ensevelir definitvamente dans un monument qui se lèvera, possiblement, sur la place d'Atón Sain. On est seulement à l'attente, dont les successeurs du Prince de la Paix autorisent la copie des restes depuis Paris. 

Vendredi, le 23 mai 2008.


Sembler être que dernièrement quelques inconvénients légaux ont surgi pour la copie des restes de Godoy de Paris à badajoz. Un groupe de conseillers du Conseil municipal, ont visité la tombe de l'homme politique et ils nous l'ont montrée dans la presse graphique. Par ailleurs, les oeuvres se sont initiées à la rotonde de la place d'Atón Sain, où il semble être, ils reposeront, les restes du compatriote illustre. Comme il a communiqué depuis le Conseil municipal, le monument sera inauguré le 14 juin suivant, indépendamment de la copie des restes du compatriote illustre.Viernes, 23 de mayo de 2008.

Dans peu de temps, nous pourrons voir changée la physionomie de la place d'Atón Sain, qui aura un aspect(apparence) un peu pareil peut-être à celui qui offre l'image située sur ces lignes.


Jeudi, le 13 juin 2008.


Demain un 14 de ce mois, on procédera à l'acte institutionnel qui aura pour objet l'Hommage à Godoy et l'inauguration de sa statue sur la place d'Atón Sain.

VOIR UN PROGRAMME D'ACTES 

 14- 06 - 2008

         

          

           

       

 DES FORMALITÉS BUREAUCRATIQUES RETARDENT LA COPIE DES RESTES DE GODOY 

"AUJOURD'HUI" 04 - 01 - 2008 

  Antonio García Candelas        Suggestions et impressions

ENTRER GUERRA DE LA INDEPENDENCIA BADAJOZ