BADAJOZ ET LA GUERRE DE L'INDEPENDANCE ESPAGNOLE

200 ANNIVERSAIRE

Pendant les deux années suivantes s'accomplira le bicentenaire des endroits ou de siéges que la ville de Badajoz a subis durant la Guerre de l'Indépendance entre 1811 et 1812.

Il y a eu ces quatre endroits, mais le contrôle tactique d'Estremadura pour permettre à une base stable pour l'invasion du Portugal pour les troupes de Napoléon, il a provoqué que dans l'environnement de notre ville ils avaient lieu une série d'événements importants de guerre que desrrollaron dans sa zone d'influence stratégique.

Elvas, Olivenza, Valverde, Gévora, un Champ Maior, l'Albuera, ont été certains de beaucoup de lieux qui ont subi sans cesse les horreurs de la guerre, qui a semé d'une ruine et une destruction nos champs et villes.
Le premier de ces endroits s'est initié le 11 mars 1811, quand le Maréchal Nicolas Soult a mis un endroit à la ville, défendue par le Maréchal D. Raphaël Menacho y Tutlló (Cadix, le 22 mai 1766 - Badajoz, le 4 mars 1811) Après sa mort du gouverneur espagnol par blessure d'un fragment de mitraille, le général Imaz a vaincu la place à le Français qu'ils sont restés dans la ville jusqu'au 12 avril de l'année suivante, quand Sir Arthur Wellesley, Duc de Wellington, a libéré la ville sous la conduite d'une armée alliée composée par des troupes anglaises yportuguesas. Dans cette période, court mais intense dans des activités militaires, la population civile a été le bouc émissaire, l'invité de pierre, à une série d'horreurs qui ont culminé avec le massacre et a spolié de la ville et de ses habitants, d'une part les troupes "libératrices".

 PREMIER SIÉGE

 11/2 TO 12/2/1811 

Commandement de la place:

Marshall Rafael Menacho

Troops defenders: 7.000

Control of the site:

General Mortier

Attacking troops: 8.500 ¿?

Duration of the site: 1 day

PLACE N'A PAS ÉTÉ PRISE

 SECOND SIÉGE 

 2/2 TO 12/3/1811 

Commandement de la place: 

Marechal Rafael Menacho

 (Après sa mort General Imaz)

Garniture de la place: 9.000

Marechal Soult, Duc de Dalmacia

Attacking troops: 12.000

Baisses defésives: 1.200 (*)

Bajas attquantes: 800 - 900

PLACE PRISE POUR LA FRANCE

(Sans comptabiliser la bataille de Gévora)

 TROISIÈME SIÉGE 

 20/5 TO 16/6/1811 

Commandement de la place:

Général Armand Philippón

Troupes des défenseurs: 9.000

Commandement de l'endroit:

Général Beresford

Troupes attaquantes: 12.000

Durée de l'endroit: 3 mois

Baisses défensives: 900 ¿ ?

Baisses attaquantes: 700 ¿ ?

LA PLACE N'A PAS ÉTÉ PRISE

 

 QUATRIÈME SIÉGE 

 6/4 TO 16/3/1812 

Commandement de la place:

General Armand Philippón

Troupes des défenseurs: 5.000

Commandement de l'endroit:

Arthur Wellesley, Duc de Wellington

Troupes attaquantes: 25.000

Durée de l'endroit: 22 days

Baisses défensives: 1.500 morts

Baisses attaquantes : 5.000 morts ou blessés

PLACE PRISE POUR LES ALLIÉS

actos2000aniversario
Nous ne savons pas si le Conseil municipal de Badajoz et l'Assemblée de l'Estrémadure auront l'intention de mettre ce bicentenaire à profit, pour revendiquer le papier de Badajoz dans la Guerre de l'Indépendance (et dans d'autres plusieurs, comme la Succession Espagnole et de la Restauration du Portugal)

Le cinéma a consacré "Les endroits de Saragosse" comme le paradigme de la lutte par notre indépendance, et paradógicamente en France et au Royaume-Uni ils ont convenablement su évaluer le papier de notre ville au conflit rapporté.

Si notre Consistoire, si nos hommes politiques illustres ne surpassaient pas sa petitesse de mires à ce sujet, des associations, blogeros et autres éléments pululantes par ineternt, nous devrions nous joindre pour organix : un tsar les actes vulgarisateurs qui empêchent que ces événements (et ses valeurs résultantes) passent à l'oubli, dans le fait de s'écouler des générations qui nous précèdent.

La récréation située à la main gauche, dans certaine manière n'est pas originale. On appuie graphiquement dans une gravure commémorative l'anglais que plus de l'un connaîtra sûrement.

Sans la participation de notre imagination, ni avec celles-ci des images récréées nous serions capables de sentir et d'évaluer les événements et les apports de Badajoz au contexte historique de la Guerre de l'Indépendance. Il est extraordinairement criard, du fait de voir comment au Royaume-Uni, existe une mémoire historique fraîche et riche qui maintient vivantes toutes ces gestes et les lieux où ils ont été joués. il maintient vivants ils faits, et ce qui est plus important, les personnages.

Une mémoire existe revencial qui diffère peut-être de qu'un général est senti à Badajoz, dans des aspects culturels, des valeurs nationales et une forme de sentir l'histoire comme quelque chose de personnel, qui a fait partie de nos vies, ou ce qui est le même de nos antérieurs.

Il serait triste que dese les Îles Britanniques venaient à remémorer celles-ci onomastiques, devant l'indifférence et le pasotismos dont au moins genracionalmente avons été protagonistes.

La Guerre de l'Indépendance non un peu si lointain, perdus entre les lames de vieux livres d'histoire. Juliana, ma mère, une défunte il y a quelques mois à 94 ans d'âge, a écouté son père une histoire qu'à son tour son grand-père a racontée. Une femme de la famille déambulait par les champs de l'Albuera, chargée d'une espèce de serón plein des pains. À l'improviste une patrouille française l'a interceptée et en la menaçant avec ses mousquets et baïonnettes, ils l'ont obligé à vider sa marchandise et aboutir à tout chiffon du lieu. C'est une histoire vivante, transmise de voix à une voix, jusqu'à nos jours.

Les siegés de Badajoz, ils sont là, des années derrière. Bien que nous nous soyons chargés Pardaleras et la Picuriña. Bien qu'un jour nous décidions de faire sauter le rempart du San Juan. Bien que la fortification abaluartada et ses pierres servent d'un support publicitaire devant l'acquiescement et l'abandon du Conseil municipal.

Viendront-ils d'à nous dire dehors comment les choses sont-elles faites ?.. Puisque possiblement, si. Nous verrons déjà.

Il faudra exiger à notre Consistoire un plan concret pour rappeler ces évènements. Et demander la participation citadine pour que des associations culturelles, des spécialistes, des titulaires de blogs et webs, etc., ils puissent apporter le grand volume d'information qu'ils possèdent et que sans doute, il sera fondamental à l'heure de programmer les activités nécessaires et à l'heure d'éditer, en la faisant publique, toute l'information existante.

recreacion badajoz XVIII
POUR SAVOIR PLUS ... : QUELQUES LIVRES INTÉRESSANTS

Plus qu'un récit des endroits de badajoz, Olivenza et Campomayor durant la Guerre de l'Indépendance, s'agit d'un récit raconté en détail des opérations et de rôles que différentes armées (l'Espagnol, un Anglais et un Français) ont réalisés autour de la forte place de Badajoz.

Il s'agit réellement d'une traduction réalisée par D. Enrique Segura, des rehauteurs et d'annotations que l'ingénieur militaire français Colonel Lamare, a fait d'estops des événements, comme resposable de l'arme d'ingénieurs, premier comme assistant de Cazin et après la mort de celui-ci dans le Coteau du Vent, comme Chef avec le degré de colonel ou de général. Des endroits et des batailles détaillées de forme racontées en détail.

Une oeuvre d'Ian Flecher, d'historien l'Anglais de grand prestige, qui par commande de la maison d'édition 4 Chats, a réalisé une version traduite en castillan du siége et de prise de badajoz par les troupes alidas en 1812.

Une oeuvre intéressante où l'auteur noveliza le développement de la Guerre de l'Indépendance en Estrémadure et très pormenorizadamente à Badajoz. L'un peut se faire une idée très à peu près du moment des hommes politiques et du fait de s'écouler des événements.

www.1808-1814.org      www.peninsularwar.es           www.peninsularwar.es             w.napoleonguide.com/campaign_peninwar.htm      www.britannica.com/eb/article-9059071/Peninsular-War

http://www.aytobadajoz.es/es/ayto/especiales/especial/1278/bicentenario-de-la-guerra-de-la-independencia/ http://badajoz1812.blogspot.com/

  Antonio García Candelas        Suggestions et impressions

ENTRÉE GRANDS BATAILLES BADAJOZ MANUEL DE GODOY BADAJOZ