EVORA

Ville Patrimoine de l'Humanité    

L'importance, historique et monumentale de cette belle ville, il(elle) mérite par si seule un espace qui détache ses qualités et beauté soignée.
Depuis ces pages nous essaierons de montrer les apparences plus éminents de la même, de son histoire et monuments, pour contribuer à une meilleure connaissance de cette enclave singulière, dont les origines remontent depuis la préhistoire, jusqu'aux temps dans lesquels c'était une résidence des monarques lusitaniens, en passant par les époques, Romaine, visigoda, arabe et chrétienne, après être reconquis par le légendaire Geraldo sen peur.

À l'aube de l'histoire...

À la proximité de la ville ils se sont étudiés autour d'une centaine de menhirs, de dix ensembles mégalithiques et de presque centaine de dólmenes ou des élans. Ils constituent l'hérédité de ses habitants primitifs, un exposant monumental de ses formes de vie, de croyances et de cultures.

Dans le freguesía de Notre Dame de la Guadeloupe, à environ 10 kilomètres d'Évora, se trouvent le Cromlech et le Menir des Amandiers. Il s'agit des monuments du néolithique plus importants et mieux conservés de toute la péninsule ibérique.

Un crómlech est un monument mégalithique formé par des pierres ou des menhirs ancrés verticalement sur le sol et distribués en formant des cercles ou des ellipses concentriques. Son elles distribuent géographiquement par les Îles Britanniques, la Bretagne Française, la Suède, le Danemark, l'Espagne et le Portugal. Bien que quelques spécialistes lui ont attribué des fonctions magiques et rituelles, parace démontré qui se fréquentait des éléments configurés pour l'observation du firmament.

Après la conquête romaine de l'Ibérie, elle a été fondée comme Liberalitas Julie, sur les restes d'une population antérieure. Par la suite elle a été renommée comme Ebora Cerealis, conformément à la fonction de grange monumentale que ses terres riches accomplissaient. Elle fut entourée de murailles fort et protégée par nombreux torreones de grand port, dont toujours certains d'entre eux se conservent. De cette époque, en plus des murailles rapportées et ses portes, nous arrivé comme élément plus représentatif, les restes du Temple monumental de Diana (dédié à Jupiter, selon les autres). L'un est de plus d'impresionentes de la péninsule, avec l'autre similaire existant dans la ville de Mérida. Ils ont aussi duré, les restes de quelques thermes de la même époque.

 

Avec l'invasion des Arabes, la population a été conquise en année 715 ou 717. Durant la période des premiers royaumes(règnes) de taifas, c'était l'une des villes les plus importantes du Badajoz. Dans la courte période des deuxièmes taifas, c'était un territoire indépendant, menacé par la pression constante du royaume(règne) naissant lusitanien. Les éléments défensifs, ils ont été reutilisés par visigodos et des Arabes, ainsi que par le royaume(règne) du Portugal, après la conquête de la ville, par Gerardo "sem une peur".

       www.cm-evora.pt/                                                                               fotografias propiedad del autor

  Antonio García Candelas        Suggestions et impressions

ENTRÉE

PORTALEGRE REDONDO VILLES PATRIMIONE DE L'HUMANITÉ BADAJOZ